Partir sur le pouce aux Iles Féroé

Ce voyage aux îles Féroé, j’y pensais depuis un an. Lorsque, peu après mon retour du Sápmi, j’ai vu un reportage à la télé sur des bergers dans un pays marqué par des falaises qui viennent s’écraser dans l’océan. Chaque automne, ils rassemblent leurs moutons en parcourant des montagnes verdoyantes. Le lieu semblait extraordinaire, et je me suis dit que ce serait une très belle expérience que de pouvoir participer à cet événement.

C’était donc mon objectif pour l’automne à venir : après l’élevage de rennes en Laponie, je voulais en savoir plus sur l’élevage de moutons aux îles Féroé !

L'élevage de moutons aux Iles Féroé, veut dire des moutons partout, dans des endroits magnifiques !
L’élevage de moutons aux Iles Féroé, c’est des moutons partout, surtout dans des endroits magnifiques !

J’ai commencé par envoyer des mails partout à travers les Iles Féroé, pour trouver un éleveur qui accepterait ma participation à l’un de ces rassemblements. En même temps, je regardais des photos et des conseils pour voyager dans ce petit pays qui semble si loin et qui pourtant est si proche du continent. Je vous laisse rechercher Îles Féroé sur Google, lire les articles de Mel Loves Travels, ou regarder mes photos sur Facebook, pour vous faire une idée des lieux. L’envie d’y aller n’en est que plus grande n’est-ce pas ?

Quand le temps est clément, alors les Iles Féroé deviennent un vrai petit paradis (île de Kalsoy)
Quand le temps est clément, alors les Iles Féroé deviennent un vrai petit paradis (île de Kalsoy).

Mais mails après mails, contacts après contacts, ça ne se présentait pas très bien, notamment parce que les éleveurs sont rarement des bergers à plein temps. Être berger, c’est plus un mode de vie qu’un métier. Honnêtement, le mois d’octobre déjà entamé, je n’y croyais plus vraiment. Difficile d’imaginer que je partirais cet automne. Et un dimanche, il y a eu ce mail. Une éleveuse acceptait de me recevoir dès le lendemain.

« Nous allons commencer à rassembler les moutons dès demain. Si tu as toujours prévu de venir tu es la bienvenue. »

 

Un e-mail, et c’est une aventure qui commence !

Comme pour le marquage des rennes l’été dernier, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me décider. Mais est-ce que l’on a besoin de temps pour prendre une telle décision ? Je prenais donc mes billets, bouclais ma valise, et dès le mercredi me voilà dans l’avion.

Après une escale à Copenhague, je suis arrivée de nuit dans le minuscule aéroport sur l’île de Vagar, dans un noir complet. Ici la nuit tombe bien plus tôt qu’à Paris, il va falloir s’y habituer et faire attention lors des sorties randonnées. À l’arrière de la voiture qui me conduit à mon logement des prochains jours, je ne devine que des formes de montagnes et des reflets d’océan. Mais je sens déjà une grandeur dans cet environnement, quelque chose qui me dépasse. Et je suis assez incrédule d’être aux Féroé ! D’avoir réussi ce challenge que je m’étais lancée un an plus tôt.

Chaque sortie est l'occasion de découvrir et d'en prendre plein les yeux (Saksun)
Chaque sortie est l’occasion de découvrir et d’en prendre plein les yeux (Saksun)

Mon arrivée dans cette maison au cœur d’un fjord a été un avant-goût de ce qui m’attendait les jours à venir : une poignée d’hommes travaillent dans le garage, ils abattent et découpent une poignée de moutons. La scène est surréaliste. Mais il y règne un tel calme dans l’air. L’absence de stress de la part des moutons fait que je suis tout aussi détendu face à la situation.

Mais déjà je file me coucher, épuisée par le voyage. Une grosse journée m’attend le lendemain, et le reste de la semaine !

Le regroupement des moutons, une expérience sur les flancs de montagne.
Le regroupement des moutons, une expérience sur les flancs de montagne.

2 Comments on “Partir sur le pouce aux Iles Féroé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *